Mar. 28 février à 20h30

à partir de 8 ans
durée : 1h30

Réserver

La démarche est délicieuse : voler une sonate à l’orgue, en confier une voix au hautbois et l'autre au violon, faire un clin d'œil à une cantate, orchestrer une pièce pour clavier... Et s'atteler à une reconstruction rigoureusement fidèle aux sources de la vie de Johann Sebastian Bach...

GENRE :  Musique / narration

Si Bach nous était conté

Johann Sebastian Bach. Le compositeur et l’organiste de génie, le père incontesté de la musique occidentale. Une légende que l’on se représente à travers des portraits officiels, des formes statufiées, et qui se dissout à travers son œuvre magistrale et abondante. Pourtant, de son vivant, aussi apprécié fut-il, il demeura un musicien parmi d’autres, cherchant sa place.

Le projet Come Bach, porté par la compagnie Lavoro Nero Teatro, rompt avec le froid du marbre pour retrouver l’homme fait de chair et d’os. Ses préludes, sonates, fugues, suites ou concertos sont repris et réarrangés pour une réduction d’orchestre à quatre musiciens, sur instruments d’époque (violon, violone, clavecin, hautbois et flûte à bec). Et surtout, alternant ou se confondant avec la musique, le comédien Cristiano Nocera raconte la vie de cet homme à la détermination inébranlable. Orphelin très tôt, assoiffé de connaissances, il se fait connaître en tant que jeune organiste virtuose. Puis viennent ses amours, son mariage, ses enfants, la prison... Un récit captivant sur un homme animé par la passion et qui, au fond, nous ressemble.


Coproduction : Istituto Italiano di Cultura di Strasburgo, Goethe-Institut de Strasbourg, Le Point d'Eau (Ostwald) et l’Association Santabriganti (Vittoria-Italie)


Lavoro Nero Teatro (Italie / Alsace)

Dramaturgie, jeu, mise en scène : Cristiano Nocera assisté de Marie Salomé Iffrig à la mise en scène
Direction musicale, haubois / flûte à bec : Johanne Maitre
Violon baroque : Jonathan Nubel
Violone : Elodie Peudepiece
Clavecin : Marc Meisel
Régie : Camille Flavignard

Vous aimerez aussi

Et pendant ce temps, Simone veille

Robin McKelle

Les élans ne sont pas toujours...