Micky et Addie

Genre : Théâtre jeune public

Micky, 10 ans, vit seul avec sa mère dans la banlieue de Glasgow. Il pense que son père est astronaute, c’est ce qu’on lui dit depuis qu’il est petit. Addie, 10 ans, vit seule avec son père. Lors d’une dispute dans la cour de récréation, Addie accuse Micky d’être un menteur. Piqué au vif, il va fouiller dans les secrets de sa mère et mener l’enquête pour trouver des réponses. Addie, dans l’ombre, le surveille. Que vont-ils trouver Des vérités comme dans la vie, des renversements comme dans les films, des épreuves à surmonter comme dans les contes de fées.

La pièce est servie par une mise en scène rythmée qui mêle jeu, vidéo et récit et parle aux petits et aux grands. Justes et joyeux, les comédiens nous conduisent sur le chemin complexe de la découverte de soi.

Depuis 2004, la compagnie La Rousse destine ses créations théâtrales au jeune public. L’enfance est pour Nathalie Bensard l’endroit du théâtre, un espace suspendu, hors temps, hors contingence universelle où, dans le noir de la salle, notre enfance est convoquée.

Tarif unique : 6 €

Majoration de 2 € en caisse du soir

Ven. 24 janvier 14h30 et 18h30

À partir de 7 ans. 55 mn

« Une histoire d’amitié qui se raconte comme une enquête, caméra à la main. » Télérama

Compagnie La Rousse (Paris)

de Rob Evans
Imaginé avec Andy J. Manley
Traduit par Séverine Magois
Mise en scène : Nathalie Bensard
Assistante : Noémie Schreiber
Scénographie / Création lumière : Agathe Argod
Création vidéo : Raphaëlle Uriewicz
Costumes / Création plastique : Elisabeth Martin
Régie générale : Manu Vidal
Musique : Simon Delgrange
Avec : Angeline Pelandakis et en alternance Simon Delgrange / Pierre Moure

Coproductions et soutiens :
Une production de la compagnie La Rousse, Ville de Cournon d’Auvergne-Festival Puy de Mômes.
Avec l’aide de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile de France, Ministère de la Culture et de la Communication et du Conseil régional d’Ile de France. Avec le soutien de l’Adami, du Fonds d’insertion de
L’éstba financé par le Conseil régional Nouvelle-Aquitaine.