Le mensonge

Danser son combat intérieur

Genre : Danse jeune public

Un soir à table, les mots sortent tous seuls de la bouche de la petite fille. Lorsqu’elle retourne dans sa chambre, son mensonge l’attend, sous la forme d’un rond rouge. Elle a beau l’ignorer, le lendemain matin il est toujours là. Les jours suivants, il grossit et se multiplie jusqu’à occuper tout l’espace. Jusqu’au jour où la petite fille se saisit d’une aiguille pour le faire éclater comme la vérité. Pouf !

La chorégraphe Catherine Dreyfus adapte sur scène, avec danseurs et circassiens, l’ouvrage de littérature jeunesse écrit par Catherine Grive. La simplicité avec laquelle l’histoire est abordée dans l’album laisse une grande liberté d’interprétation à l’équipe artistique sur scène. La danse et le mouvement des corps illustrent la tempête intérieure que le mensonge a fait naître chez la petite fille. Le spectateur assiste à une éclosion de pois rouges qui ira jusqu’à l’oppression. La musique, la scénographie et les lumières viennent souligner une dualité à la fois intime et universelle.

Cette création invite petits et grands à se divertir et à se questionner autour du mensonge et de la vérité.

tarif unique 6 €

Majoration de 2 € en caisse du soir

Mar. 4 janvier, 14h30 (scolaire) et 18h30

A partir de 6 ans. 1h

« Drôle, émouvant, déculpabilisant, Le Mensonge parle vrai sans taper d’un poing moralisateur sur la table. »
Télérama

Compagnie Act2 (Mulhouse)

Résidence de création
Chorégraphie : Catherine Dreyfus en collaboration avec les interprètes
Librement adaptée du livre jeunesse Le Mensonge de Catherine Grive et Frédérique Bertrand © Rouergue, 2016
Interprétation : Maryah Catarina Dos Santos Pinho, Cloé Vaurillon, Jérémy Kouyoumdjian
Lumières : Aurore Beck
Musique : Stéphane Scott
Costumes : Nathalie Saulnier
Scénographie :
Oria Steenkiste / Catherine Dreyfus
Réalisation scénographie : Les Ateliers de L’Opéra National du Rhin
Accompagnement dramaturgique : Noémie Schreiber
Régie de tournée : François Blet / Achille Dubau
Administration : Maëlle Grange

Avec le soutien de la DAAC et de l'Agence culturelle Grand-Est